Tri Yann

Tri Yann


Crédit photo : V. Jacques

Si le groupe a une étiquette folk et bretonnante, le rock est bien présent dans la musique de Tri Yann. Et peut-on vraiment ignorer des musiciens dont les chemins ont souvent croisé ceux des rockers d’ici, parfois jusqu’à y laisser de profondes empreintes et devenir de véritables sources d’inspiration ? Que seraient les EV, Quatre Jean et autre Tri Bleiz Die sans nos bretons de Nantes ? Qui n’a jamais chanté les chansons traditionnelles “Dans les prisons de Nantes” ou “La jument de Michao” revisitées par nos Trois Jean ? Dans quelle potion magique ces Celtes-là ont-ils pu bien tomber quand ils étaient petits ? Car en trois décennies d’existence, ils ont connu la gloire dans les seventies, le doute aussi, c’est vrai, dans les eighties pour retrouver finalement les sommets dans les nineties…
Une fin de siècle parcourue au galop à raison de plus de 100 concerts par an et des “veillées” mémorables partagées à plusieurs milliers. “Tri Yann n’est populaire, d’abord et avant tout, que par sa passion de la scène” se plaît à répéter le chanteur-guitariste et membre fondateur Jean Paul Corbineau. Les “Trois Jean”, qui sont aujourd’hui huit, peuvent se vanter d’être le groupe
qui aura vendu le plus de disques à Nantes. Presque 3 millions d’exemplaires écoulés pour 21 albums édités, compilations comprises, et la bagatelle de 12 Disques d’Or et un Disque de Platine à la clé. Le seul album “Le Meilleur de Tri Yann” sorti en 1997 se vend à plus 510 000 exemplaires. Un record qui n’est pas prêt d’être égalé…

edoll.free.fr

À l'affiche en : 2004